A6-A7 : déclassement de l’est lyonnais ?

Le 27 décembre dernier, un décret actait le déclassement des autoroutes de l’A6 et l’A7. Concrètement, il indique que sont « déclassées de la catégorie des autoroutes dans le département du Rhône, les sections et les bretelles des autoroutes A6 et A7 traversant l’agglomération lyonnaise, situées entre Limonest au Nord, au niveau de l’échangeur n°33 de l’A6 dit « de la Garde »[…] et Pierre Bénite au Sud, au niveau de l’échangeur avec l’autoroute A450 ».

Cette décision est évidemment une très bonne nouvelle pour les riverains de ces autoroutes et notamment pour les lyonnais. Cette cicatrice routière, traversant des agglomérations et le centre de Lyon, apporte des nuisances réelles en terme de trafic et de santé publique. A l’heure des pics de pollution de plus en plus fréquents et durables, à l’heure de la circulation alternée, il est bon de pouvoir stopper cette aberration d’un autre temps.

Ce sont donc 15 000 véhicules en transit (sur 115 00 au total) qui ne devraient plus emprunter cet axe de 16 kilomètres dès la fin de l’année 2017.

Pourtant, si cette décision est éminemment positive, je m’inquiète des conséquences liées au détournement de ce flot de voitures et camions qui ne passeront plus à cet endroit. Où vont-ils aller ? C’est là que la bât blesse ! En effet, à l’origine du projet, ce déclassement ne devait être engagé que si des contournements de délestage étaient prévus pour absorber la circulation ainsi détournée. Or, ni l’Anneau des Sciences à l’ouest ni le grand contournement de Lyon ne sont bouclés !

De toute évidence, c’est vers l’est lyonnais, via la rocade déjà saturée aux heures de pointe (25 000/jour rien que pour le transit), le périphérique Laurent Bonnevay (3000 véhicules/jour pour le transit) et l’A43 que le trafic en transit va se concentrer. Au détriment des habitants de ces secteurs qui vont devoir subir les embouteillages, la pollution déjà forte, les temps de trajet en hausse. Gérard Collomb fait le pari que c’est sur l’A432 que la circulation supplémentaire se détournera ; or cet axe est payant (contrairement à la rocade et au périphérique) ce qui rebutera transporteurs et automobilistes de l’emprunter et trop excentré pour les GPS.

Notre ville est concernée et peut être fortement impactée par ce déclassement. Déjà encadrée par le périphérique, l’autoroute A43 et proche de la rocade Est, Bron prendra potentiellement une large part des désagréments occasionnés par le détournement du trafic de transit.

Je suis très étonné du manque de communication et de prise de position du maire de Bron qui a pourtant répété lors de ses vœux que la santé des brondillants faisait partie de ses priorités. Je lui demande de se prononcer rapidement et d’organiser, comme il se doit, des réunions d’information pour les habitants de la ville en collaboration avec tous les élus de la ville. Je suis également très surpris du manque de réaction et du silence du groupe Europe Ecologie les Verts de Bron sur un sujet qui devrait pourtant les inquiéter.

Espérons qu’avec la re-qualification de l’A6-A7 ce ne soit pas l’est lyonnais qui soit déclassé…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *