Les vœux, c’est au fond et à gauche…

Est-ce pour éviter de parler de Bron et du quotidien des habitants que le maire s’est attaché lors de ses vœux à faire de la géopolitique de comptoir ?
Est-ce pour se convaincre lui-même qu’il s’est éreinté à répéter, presque en boucle, qu’il faut « VIVRE ENSEMBLE » ? Il ne faut surtout pas dire qu’il y a des problèmes, du communautarisme, car c’est « opposer » les citoyens entre eux…
Est-ce pour dénier la réalité de l’islamisme radical qui progresse qu’il affirme, relatant l’année difficile pour la France, que c’est « un camion fou qui a tué à Nice » ?
Est-ce pour mieux cacher le manque d’élan à Bron qu’il s’est acharné à démontrer l’excellence du modèle social socialiste ? Celui que l’on finance sur le dos de nos enfants et qui a généré 6 millions de chômeurs et autant de pauvres ?
Enfin, est-ce pour rire qu’il avance « ne cédons pas à la tentation du populisme intéressons nous au fond » ?

Les populismes se nourrissent des dénis de réalité de la gauche. Alors oui, on touche le fond en étant dans le déni de réalité, en ne parlant pas des problèmes, en mettant la poussière sous le tapis du « vivre ensemble ».
L’idéologie étant mauvaise conseillère, nous serons une équipe de terrain, enracinée dans le pragmatisme, au service du bien commun et des réalités de notre ville.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *