Urbanisme, emplois, environnement et solidarité : les défis pour Bron

Crédits photos : Gendarmerie Nationnale/ J.F. Marin/ YAM Studios
Crédits photos : Gendarmerie Nationale/ J.F. Marin/ YAM Studios

Lors du conseil municipal du 5 octobre 2015, les élus avaient à se prononcer sur un dossier majeur : le Plan d’Aménagement du Développement Durable (PADD) du Plan local d’urbanisme et d’habitat de la Métropole du Grand Lyon. Traduction :  comment seront menées les politiques d’urbanisme, sociales, économiques et  environnementales dans les années à venir. Voici l’intégralité de mon intervention avec des interrogations et des propositions pour notre ville.

C’est donc vous, madame Guillemot, qui nous présentez ce qui constitue certainement la délibération la plus importante de la soirée.

Et c’est vrai qu’elle est importante car, de ces orientations, dépendent en grande partie le devenir de notre commune.

La déclinaison des orientations générales du PADD sous forme de 4 défis pour assurer la transition vers un autre mode de développement ne peut qu’entraîner l’adhésion.

Qui peut être contre le développement d’une Métropole plus attractive, la création d’emplois, la réponse aux besoins de logements, l’amélioration du cadre de vie pour le bien-être des habitants ? Personne.

Certes. Mais si l’intention est bonne nous savons tous, les élus notamment, que la réalité du terrain peut être toute autre. La diversité des territoires, les contraintes des uns et des autres, les besoins réels ne sont pas les mêmes partout. Aussi convient-il d’apporter, en s’appuyant sur le cadre général, des solutions adaptées voire des choix qu’il faut assumer.

Prenons l’exemple de la densification urbaine. Elle a des effets collatéraux multiples et certains se manifestent déjà à Bron dont la densité dépasse les 5000 habitants/km2 si l’on tient compte des espaces verts et inutilisables : problèmes de stationnement, saturation des axes de circulation, plan de déplacement, manque de foncier, pollution de l’air.

La densification aboutit aussi à une augmentation significative des besoins, une hausse du budget et de l’action du CCAS, plus de demandes de berceaux en crèche, le développement des écoles, le tout dans une époque où les dotations s’amenuisent.

Il faut donc anticiper ces mutations bien en amont pour éviter de se retrouver avec des classes d’écoles saturées, des équipements insuffisants pour les familles, des soucis majeurs et lourds de conséquence au niveau de la mixité sociale dans les quartiers et les écoles.

Bron prend déjà largement sa part dans la densification de la Métropole et vous avez le devoir de veiller à la maîtrise de l’extension urbaine comme ce PADD le suggère justement. Encore une fois, le schéma général c’est une chose, l’application dans le détail ne peut pas être la même selon les communes.

Quelques remarques sur ce Plan d’Aménagement en ce qui concerne Bron :

  • Dans la partie réservée aux projets urbains est évoqué le triangle de l’aviation au nord de l’A43 avec la re-qualification des anciennes emprises sportives. Si l’on parle bien des terrains de l’ASPTT, s’agit-il, là encore de densifier des terrains qui devaient garder une vocation sportive ? Dans une ville où le sport est si souvent mis en avant ce serait dommage.
  • Dans la partie consacrée à la modernisation, à la régénération des zones d’activités économiques, il est étonnant que la ZAC du Chêne ne soit pas citée. Avec moins de 70% de taux de remplissage et une concurrence accrue avec la zone proche de Saint-Priest, il serait bien pourtant d’être vigilants sur ce point.
  • Concernant l’aéroport de Bron, vous avez affirmé, Monsieur Longueval, dans une vidéo projetée lors de la soirée des trophées des maires du Rhône à Bron la semaine dernière, qu’il s’agissait d’une chance pour Bron. Il faudrait avoir un discours cohérent sur ce sujet car cet atout pourrait vite décliner en fonction des postures politiques et des calculs électoraux. Des sociétés parlent déjà de quitter l’aéroport ce qui réduirait considérablement son attractivité commerciale. Nous devons pouvoir assumer cet équipement en assurant la tranquillité des riverains.
  • Dans ce projet d’aménagement, on trouve également un chapitre sur la “nature en ville“. A ce titre, nous devrons, je parle surtout du projet de la caserne Raby, défendre avant tout les intérêts des habitants de Bron, l’intégration humaine et durable de ce futur quartier avant de penser à la satisfaction des promoteurs et des politiques qui souhaitent densifier sans tenir compte des contextes locaux. Encore une fois, Bron prend largement sa part de ce point de vue.
  • On parle attractivité économique, on parle humain, je ferai un petit aparté sur le patrimoine de notre ville. Il faut, en s’appuyant sur la Métropole et ce plan d’aménagement, pouvoir sauvegarder et valoriser des infrastructures marquantes à Bron. Je pense notamment aux hangars d’aviation dit “hangars 6“ à qui l’on pourrait trouver une belle vocation tertiaire mais aussi sportive et culturelle.
  • Enfin, on ne peut évoquer la solidarité dans ce schéma d’aménagement sans parler de mixité sociale. Le credo du Président de la Métropole était : mieux articuler l’humain et l’urbain. Là aussi il s’agit d’une belle intention qu’on ne peut qu’approuver. Il faut qu’elle prenne néanmoins toute sa réalité ici à Bron. Entasser les gens dans des logements souvent de piètre qualité n’est pas la meilleure solution pour favoriser le bien-être humain, l’épanouissement, le respect et la tranquillité publique. Oui au logement social, non à la concentration qui, de l’avis unanime, est un piège pour l’intégration, la mixité et la qualité de vie générale.

J’espère que vous entendrez ces remarques faites sans esprit partisan et dans le sens de l’intérêt général des Brondillants.

Notre groupe prend acte des orientations générales présentées qui intègrent aussi Quincieux.

Je vous remercie pour votre écoute.

One Comment

  1. Bravo Monsieur COMPAN pour cette analyse pleine de sagesse.
    Malheureusement vous êtes un opposant.
    Malheureusement vous avez raison.
    Malheureusement vous vous adressez aux détenteurs de la vérité.
    Alors elle restera lettre morte et nous continuerons à « densifier » sur Bron, pour ne pas dire concentrer.
    Il y a bien longtemps des études ont été menées avec des rats. Elles ont permis de démontrer que leur agressivité augmentait en fonction de leur nombre dans un espace restreint.
    Serions nous des rats de laboratoire à Bron?
    Il est vrai que la sécurité est assurée à Bron, alors dormez bien bonnes gens tout va bien et continuons à concentrer…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *